Revenir au site

Que faire contre l'isolement social?

S'observer, observer les autres et réagir dans le bon sens

· Conseils et outils

Les mesures prises contre le coronavirus bouleversent le quotidien de tout un chacun. Selon la façon dont nous vivons et avec qui nous vivons, différents défis se posent. L'un d'entre eux, et pas des moindres, est l'isolement social. Comment affronter mon propre isolement? Quelles sont les possibilités qui s'offrent à moi pour soutenir d'autres personnes touchées? Vous trouverez dans cette fiche des informations sur l'isolement social et des astuces pour gérer ce phénomène, pour vous ou votre entourage.

Ce que l'isolement social peut signifier

L'isolement social peut avoir des effets très différents selon les personnes touchées. Ces effets dépendent de la personnalité de chacun et de l'environnement dans lequel nous évoluons (ou alors, précisément, dans lequel nous n'évoluons plus). Voici les conséquences que peuvent avoir les mesures actuelles en termes d'isolement social.

Pour les personnes qui vivent seules

  • La solitude se renforce. Les personnes qui vivaient déjà avec un sentiment d'isolement se sentent davantage isolées. En Suisse, en 2017, 38% de la population âgée de 15 ans et plus affirmaient ressentir un sentiment d'isolement (Source: OFSP).
  • Celles et ceux qui étaient déjà isolé.e.s avant les mesures rencontrent davantage de difficultés à trouver de l'aide de la part d'autres personnes si nécessaire.
  • En conséquence, les offres destinées à ces personnes doivent être les plus simples possibles (non-contraignantes et faciles d'accès).

Pour les personnes qui vivent à plusieurs

Que puis-je faire si je suis touché.e par l'isolement social?

Il existe plusieurs moyens de lutter contre sa propre situation d'isolement social. En voici quelques exemples:

  • Plus vous utilisez de canaux de communication, plus vous avez des chances d'avoir des contacts avec d'autres gens. Vous trouverez différentes possibilités par exemple dans cette fiche.
  • Des offres culturelles sont également disponibles en ligne. Cela permet de vous évader momentanément de votre quotidien. Des idées sont rassemblées, par exemple, dans cet article du 24heures du 23 mars.
  • Vous pouvez organiser différentes activités en ligne avec d'autres personnes (jouer à des jeux, lire des livres, etc.).
  • Sortez régulièrement pour prendre le soleil et retrouvez de temps en temps une autre personne en bonne santé, en tenant compte des Directives de l'OFSP, et en particulier: en limitant les rassemblements à 5 personnes, en respectant une distance de 2 mètres entre chaque personne, sans s'échanger d'objets, en se lavant les mains avant et après et sans toucher son propre visage.
  • Ne restez pas au lit plus longtemps que d'habitude et essayez de maintenir votre rythme quotidien.

Que puis-je faire pour atténuer les effets de l'isolement social pour les autres?

Si vous remarquez que quelqu'un de votre entourage vit dans l'isolement, contactez cette personne régulièrement par écrit (messagerie instantanée en ligne, ou encore avec le PostCartCreator de La Poste, qui permet d'envoyer gratuitement et facilement vos images sous forme de carte postale) ou de vive voix (par téléphone ou appel vidéo) sans attendre qu'elle ne vous sollicite.

  • Vous pouvez lancer des chaînes téléphoniques (Pro Senectute a créé un guide à cet effet) et ainsi mettre en relation plusieurs personnes entre-elles.
  • Convenez d'horaires fixes pour les conversations. Par exemple, une fois par semaine ou une fois par jour, toujours à la même heure. Ainsi, vos interlocuteur.trice.s peuvent se réjouir de la conversation.
  • Proposez aux personnes isolées des activités divertissantes et utiles, comme écrire des lettres à des amis, tricoter des vêtements pour d'autres, peindre des tableaux ou encore cuisiner, par exemple.

Comment des personnes non-formées peuvent-elles apporter un soutien psychologique?

Si quelqu'un a besoin d'une aide psychologique en raison de son isolement social, vous pouvez lui offrir votre soutien, même sans formation. Mais prenez aussi soin de vous! Si vous ne vous sentez pas en mesure d'aider, vous avez tout à fait raison de ne pas le faire. C'est pourquoi vous trouverez ci-dessous des liens vers des services de conseils psychologiques professionnels. Merci de les transmettre aux personnes qui en ont besoin. À coté de cela, vous pouvez faire ce qui suit à tout moment:

  • Proposez des conversations téléphoniques: parlez tout simplement avec d'autres personnes. Écoutez leurs histoires passées et actuelles. À noter: convenez d'horaires fixes pour les appels, de sorte à ce que la personne puisse se réjouir de ce moment et ait un maximum de structure dans l'organisation de son temps journalier.
  • Montez des projets communs: vous pouvez monter des projets communs avec des personnes isolées. Par exemple, une personne âgée vous raconte l'histoire de sa vie et à partir de son récit, vous rédigez un livre ensemble.
  • Faites des promenades ensemble: en tenant compte des Directives de l'OFSP, vous pouvez convenir d'un rendez-vous à l'extérieur, dans un lieu ouvert avec beaucoup d'espace libre autour de vous.
  • Soulagez les parents (en particulier les familles mono-parentales): les parents ne doivent pas être laissés à eux-mêmes 24h/24h avec leurs enfants, même en contexte de confinement. Proposez-leur de vous occuper de leurs enfants pendant une heure. Cela permet également de réduire le risque de conflits et de violence domestique.

Où puis-je diriger une personne qui a besoin d'aide psychologique professionnelle?

Il est préférable de contacter les centres de conseil officiels. Ils offrent divers services de conseil dans toute la Suisse par téléphone ou en ligne. Voici quelques possibilités:

Autres réflexions à l'usage de tou.te.s pour "bien" traverser cette période

  • Concentrez-vous sur ce que vous pouvez contrôler à l'heure actuelle et non sur ce qui ne dépend pas de vous.
  • Ne vous confrontez pas constamment l'actualité, informez-vous une fois par jour sur les derniers développements mais pas plus. Certains médias, comme la RTS, ont compilé un dossier et le mettent à jour au quotidien.
  • Pensez à vos propres limites, respectez-les et prenez soin de vous: prenez aussi le temps parfois de ne rien faire.
  • Faites une liste de ce que vous voulez faire et une liste de ce que vous voulez être afin de vous recentrer. Demandez-vous, par exemple: qui est ce que je veux être dans ce contexte de crise? Dans l'idéal, qui est-ce que je veux être une fois que nous en serons sortis?
  • N'oubliez pas que ces mesures sont temporaires. Il est tout à fait normal que cette situation soit pénible et le risque que cette pénibilité ne devienne normale existe. Ne soyez pas surpris qu'elle puisse vous épuisez. Si c'est le cas, reposez-vous immédiatement.
  • Vous pouvez aussi vous familiariser avec la méditation. Certaines personnes proposent des cours gratuits en ligne diffusés en direct. Vous pouvez aussi vous tourner vers une application (Headspace, par exemple).
  • Enfin, le plus important peut-être: laissez-vous faire aider! Ce n'est pas grave de laisser quelqu'un d'autre aller aux courses à notre place, s'occuper un moment de nos enfants, de demander à quelqu'un de nous écouter... c'est une preuve de courage et de raison!
 
 
D'autres fiches thématiques de conseils et d'astuces utiles pour une entraide efficace, responsable et sûre sont disponibles ici.

Cette fiche d'information a été produite en étroite collaboration avec des expert.e.s de la santé mentale.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK